Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Le jeûne, ce plein de vide…

Longue semaine à la maison.

Je dis longue car elle fut remplie de beaucoup de vide qu’il faut arriver à traverser tout aussi joyeusement que les moments pleins de tout. Ce n’est pas facile. Il faut se donner du temps pour passer du plein au vide. Mais c’est la seule solution pour prendre le temps d’aller à la rencontre de soi-même.

Je dis plein de vide car cette semaine nous avons jeûné : durant trois jour nous n’avons pris que de l’air et de l’eau. Nous commençons et finissons nos jeûnes par des journées « fruits et légumes » qui nous rappellent à quel point notre corps a besoin de bien moins que ce que nous avons l’habitude de lui donner. Le printemps est une pure merveille pour une telle pratique.

Chaque année depuis quatre ans, je me lave de l’intérieur, je fais confiance à mon corps et ses ressources pour créer quelque chose de neuf en moi, toujours différent. L’an dernier, j’avais jeûné avec deux de mes enfants qui avaient souhaité essayer. Quel bonheur ce fut que ce partage du « rien », c’est si rare de n’avoir rien à partager, si ce n’est l’eau, l’air, l’amour et le temps.
Cette année, j’ai partagé ce plein de temps vide avec l’homme de ma vie. Toujours partant pour écouter mes projets, c’est avec lui que j’ai, pour la première fois, exploré cette terra incognita. Comment moi, qui ne sais pas sauter un repas, qui ne sais pas résister à une bonne odeur, je pourrais ne pas manger pendant une semaine ? Voilà la question qui me taraudait. Et comme toujours pour les expériences fondamentales, c’est en le faisant que j’ai eu la réponse.

La chaleur de juin fut la bienvenue pour nous entourer de douceur et de bruits d’oiseaux. Quand on jeûne, tous nos sens sont aiguisés et la nature devient encore plus présente. C’est pourquoi chaque jour, nous partons en forêt nous promener à la fraicheur des arbres.
Le jeûne est devenu au fil du temps un rendez-vous sans contrainte, un rituel nécessaire pour continuer mon chemin dans la légèreté et l’allégresse. Ces deux mots dont nous manquons tant se faufilent jusqu’à nous dans ces moments de vide. Et quand on les a expérimentés, croyez-moi, on en redemande !!

Je ne suis pas quelqu’un qui suit des rituels imposés, y compris dans cette partie de ma vie, j’aime être libre. Mais je sais que certaines organisations proposent des jeûnes en groupe et encadrés. Je crois que chacun doit faire en fonction de ce qu’il pense juste pour lui : que ce soit un jeûne lié à une confession, encadré ou pas, peu importe. Ce qui est important c’est de ne pas avoir peur d’essayer et surtout de laisser du silence autour de soi pour écouter son corps. Si vous avez envie d’en savoir plus sur le jeûne que je pratique et ses bienfaits, je répondrai bien sûr à vos questions avec plaisir.

Le temps, le temps, le temps et rien d’autre, voilà la réalité de ma vie aujourd’hui. Un temps ici, un autre là et ces fractions de temps qui s’enchainent les unes aux autres, tissent une vie, ma vie, la mienne à moi toute seule.
C’est donc toute ma richesse, ce temps, que je suis heureuse de partager avec vous.

Avec toute ma légèreté,

ma flamme vous accompagne

4 Réponses
  • Gea
    juin 25, 2017

    Le jeune est imposé par la religion suivant des temps plus ou moins longs ! Introspection ou cohércition? Ne préférais tu pas te mettre sur le chemin de st Jacques pour aller au devant de toi par un vide intérieur ( les oiseaux seront la ) mais aussi d échanger avec l autre dans un partage gratuit et serein

    • Momig
      Momig
      juin 26, 2017

      Merci pour ce partage. Saint-Jacques est une voie que beaucoup empruntent et que j’ai moi-même un peu partagée avec l’un de mes enfants l’an passé. Que chacun puisse choisir son chemin de sérénité me parait être un bon prélude à un monde plus doux.

  • Michèlle Schitter
    juin 26, 2017

    Joliment décrit … L’envie est suscitée par la simplicité et cette place au corps qui vient comme une évidence . Merci Momig pour ce partage qui laisse chacun libre

    • Momig
      Momig
      juin 29, 2017

      Merci Michèlle, la douceur dans le choix de tes mots n’est que le reflet de celle de ton âme. Longue vie au fil de soi!

Qu'en pensez-vous?