Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Le premier jour du jeûne.

Je pratique le jeûne 1 ou 2 fois par an depuis presque 10 ans. J’ai parfois entrouvert cette porte dans mes livres sans jamais l’aborder autrement que sous un angle poétique (Terra incognita – Momig, – D’amour et d’eau fraîche – Le ventre et la plume).
A la demande d’une amie, j’ai écrit ce que le jeûne est pour moi dans la réalité. Je vous le partage aujourd’hui. C’est une simple mise en bouche, chacun trouve sa façon à lui de se ré-approprier ses sensations et la littérature ne manque pas d’ouvrages sur la question.

Dans notre monde où l’on nous fait croire que le bonheur c’est d’avoir, il faut revenir à l’être. La gourmandise, l’avidité ne sont pas de vrais désirs du corps, ce sont des problèmes de l’esprit. Notre corps ne veut jamais se remplir à ras bord : la preuve, il se sent mal.
On remplit son estomac pour combler un vide intérieur. Mais ça ne marche pas. La seule chance de combler son vide intérieur, c’est de l’accueillir tel qu’il est.

L’idée du jeûne n’est pas de faire payer le corps pour quelque chose dont il n’est pas responsable : la mauvaise conscience de ce que nous n’aimons pas en nous. Si tu jeûnes pour mater ton corps, pour te prouver que tu es capable de le dominer ou pour dire autour de toi « les gars j’ai jeûné », tu peux directement aller au restaurant!

Manger est une chose merveilleuse : tu transformes les aliments en énergie, en vie. Quand tu es à l’écoute de ton corps, il te dit quoi manger et quand tu es rassasié. C’est cette écoute qu’il faut retrouver dans la pratique du jeûne. Tu reconnaitras le jeûne juste à ces deux signes : tu te sentiras joyeux-se et tu ne seras pas frustré-e.
Jeûner dans la joie et la simplicité.
Jeûner comme un besoin de clarification de ton corps.
Pour retrouver la sobriété originelle.
Pour manger avec gratitude, tout simplement.

Passer à l’action :

Le jeûne que je pratique est celui mis au point par le Pr. Otto Buchinger. Tu trouveras de nombreuses propositions de jeûnes collectifs, encadrés. Je suis allée rencontrer certaines de ces organisations et ça ne m’a pas parlé : il me semblait essentiel que je m’occupe de moi à mon rythme dans ma maison auprès des miens. Sens-toi libre de choisir la bonne pratique pour toi.
Pour un jeûne de 4 jours, prévoir d’avoir 10 jours à soi.
– 2j pour se préparer à entrer dans le jeûne : pas de viande, ni poissons, ni œufs, ni féculents, pas d’alcool, ni sucre, ni graisse,
– 4j de jeûne,
– 4j (même nombre de jours que le jeûne) pour sortir du jeûne : pas de viande, ni poissons, ni œufs, ni féculents, pas d’alcool, ni sucre, ni graisse.

Le jeûne proprement dit :
Le matin : boire une infusion avec 1 cuillère de miel. Si tu prends d’autres bols, ce sera sans miel.
Toute la journée autant d’eau, sous toute forme, que tu veux. Si tu n’aimes pas l’eau pure, mets un jus de citron très dilué (par exemple ½ citron bio pour 2l d’eau). Pas de thé ni café.
Le soir : boire un bouillon salé : tu fais cuire des légumes et tu ne bois que le bouillon salé. Tu gardes les légumes pour la sortie de ton jeûne

L’eau :
Boire de l’eau est une chose merveilleuse. C’est l’une des grandes joies de la vie.
Eau fraiche ou infusion chaude : sens l’eau pénétrer dans ton corps, dans tes artères pour les laver et te donner la vie.
Quand tu restitues l’eau à la nature, fais-le consciemment, avec gratitude.

Activités :
Les journées de jeûne sont longues : pas de courses, pas de préparation, pas de repas, pas de vaisselle, pas de rangement…et cela 3 fois par jour !
Il faut s’occuper différemment.
Ne t’occupe pas pour tuer le temps. Au contraire, choisis tes activités parmi celles que tu aimes et qui ne te détournent pas de toi-même : la marche ? Le chant ? La lecture ? L’écriture ? Peu importe. Je te recommande de tenir un journal du jeûne, c’est une aide précieuse à la fois dans l’instant et pour y revenir de temps en temps.
Lorsqu’on jeûne, le corps effectue un travail intérieur intense, ce n’est pas le moment de lui lancer des défis cardio : la marche oui, la course non.

La crise d’acidose :
Le 2e jour ou le 3e matin, en général, survient la crise d’acidose : le corps a compris que plus rien n’arrive de l’extérieur et qu’il doit aller chercher de « vieux dossiers » pour créer les vitamines nécessaires à son bon fonctionnement. Les vieux dossiers sont en général de vieilles graisses emmagasinées de ci, de là. Tout le monde en a.
Quand la crise arrive, on a parfois un peu le tournis, un peu mal au cœur. Il suffit de se coucher et d’attendre 1h ou 2 que ça passe.

Tu vas avoir des signes de nettoyage intérieur :
– langue blanche et pâteuse : tu peux la frotter avec une petite cuillère pour enlever le blanc, ça t’évitera de l’avaler à nouveau,
– urines et sueurs nauséabondes,
Pas de panique surtout, tout ça est normal.

Rompre le jeûne :
Quand tu romps le jeûne, c’est un moment formidable.
Tu as réussi quelque chose d’important pour toi
Tu as senti la soif, très peu la faim.
Tu as senti la légèreté.
Tu as entendu une nouvelle musique en toi.

Prends le temps de mettre une jolie table. Prépare toi quelque chose qui te tente : les légumes cuits avec un peu d’huile d’olive ? Du citron ? Autre chose ? C’est toi qui sentiras.
Puis tu réintroduis tranquillement les aliments dans les jours qui suivent, au gré de tes envies, avec une sobriété naturelle.
Et tu profites de l’état dans lequel tu es.

Avec toute ma confiance,

1 Réponse
  • Avatar
    Evelyne
    novembre 14, 2020

    M’est avis que dans Jeûne, c’est le chapeau qui apporte l’ancrage.
    Le toit pour protéger, l’espace pour circuler.
    Circonflexe pour nous accueillir quand on devient perplexe.
    Pour laisser couler et non pour retenir.
    Pour sentir la circonférence de soi.
    10 jours.
    Merci.
    Une histoire intime

Qu'en pensez-vous?